Quelques techniques pour calculer le crédit d’un bien immobilier

Pour certains ménages, le crédit immobilier ou prêt immobilier est un passage obligé pour l’achat d’un bien. Il s’agit d’engager une somme d’argent importante pour une longue durée. Faire un point sur la situation financière s’avère être crucial avant de se lancer dans un tel projet.

Évaluer le budget et l’apport personnel

Avant toute signature d’un crédit immobilier, il est judicieux d’évaluer le budget. Cela permettra de réaliser le projet en toute quiétude. Pour ce faire, il faut estimer le montant qu’on est en mesure d’emprunter. Celui-ci dépend, entre autres, de la capacité de remboursement mensuel. Cette dernière correspond au montant maximal de la mensualité (capital, intérêts et assurance), une proportion de 30 % du montant des revenus. Il faut également estimer l’apport personnel correspondant au montant qu’on peut apporter pour le financement du projet. Parfois, l’apport personnel sert à payer les frais de notaire et de garantie (caution ou hypothèque) et une partie de l’achat. Il se compose de liquidités personnelles et de l’épargne disponible (épargne logement, Livret A ou LDD) qu’on peut débloquer pour l’occasion. Plus le montant de l’apport personnel est important, plus on accèdera à de meilleures conditions. Toutefois, il est conseillé de garder une épargne de précaution pour faire faces aux dépenses inattendues.

Estimer la garantie du prêt

Lors de l’achat d’un bien immobilier, les banques exigent à l’emprunteur une garantie supplémentaire sur le bien financé. Pour couvrir le risque de non-remboursement du prêt, les établissements bancaires demandent une garantie qui peut être sous la forme d’une hypothèque ou d’une caution. Concernant l’hypothèque, celle-ci est prise sur un bien immobilier. Élaborée par le notaire, elle est enregistrée auprès du bureau des hypothèques. Lors du non-remboursement du prêt, la banque saisit le bien et le vend aux enchères pour récupérer les fonds qu’elle a avancés. Son montant est estimé à 2 % du montant du prêt. Pour en savoir plus, il vaut mieux simuler son crédit hypothécaire. Quant à la caution, celle-ci inclut le versement à un fonds mutuel de garantie et la commission.

Calculer les frais liés à l’acquisition du bien immobilier

Les frais d’achat d’un bien immobilier incluent généralement le droit d’enregistrement comprenant les impôts et les taxes ainsi que le montant des frais de notaire. Celui-ci permet de simplifier les démarches d’acquisition. Ces frais sont versés au profit du trésor public de l’État central et des collectivités locales. Calculés suivant la valeur du bien immobilier, les frais d’acquisition immobilière dépendent d’un endroit à l’autre. En outre, les frais d’achat d’un bâtiment incluent aussi les frais et débours. Ceux-ci ont pour but de payer tous les intervenants dans l’établissement du document indispensable à la mutation ou au changement de propriétés. En plus de cela, les frais et débours peuvent comporter les frais de publication de vente ou encore les frais de déplacement. Par ailleurs, les frais d’acquisition d’un bien introduisent le montant des frais de notaire, appelé également les émoluments. Son montant n’excède pas 10 % de la valeur totale du bien en question.