Murs commerciaux : quels aménagements avez-vous le droit de faire ?

Les murs commerciaux sont des locaux commerciaux destinés pour exploiter un fonds de commerce. À cet effet, un local commercial doit générer un chiffre d’affaires pour le locataire. Ils servent de lieu d’activité pour une entreprise commerciale et jouent un rôle déterminant dans la vente. Les murs de boutiques représentent les murs des pieds de l’immeuble. Parfois, leurs aménagements sont indispensables pour attirer la clientèle.

Les types d’aménagement intérieur sans autorisations ?

Le locataire a le droit d’effectuer l’aménagement d’intérieur sans changer l’activité du local. Cependant, le locataire est tenu de demander l’accord préalable du propriétaire. Dans le cas contraire, il risquera des sanctions.

Le locataire est autorisé à effectuer de petits travaux d’intérieur pour améliorer le confort, la commodité ou l’esthétique du lieu. Quand même, les travaux effectués ne doivent pas affecter la structure de l’immeuble. Exemple, il peut repeindre les murs et installer des meubles. Il peut également installer des carrelages ou des plafonds. Il peut aussi améliorer la luminosité ou installer des cloisons…

Pour information, la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 sur les ERP prévoit des types de travaux obligatoires pour un local. En effet, le locataire est tenu d’effectuer des travaux liés à l’installation de matériels sanitaires et de sécurité. Exemple, le locataire doit installer des dispositifs anti-incendie et des ventilateurs…

Les types d’aménagement intérieur nécessitant des autorisations ?

Le locataire peut également changer l’activité du local. Toutefois, il doit acquérir une autorisation de la part de la mairie. Ce dernier fournira une autorisation de travaux et un permis de construire.

L’aménagement nécessite un permis de construire quand les travaux touchent la structure porteuse du local. Les autorisations sont obligatoires pour s’assurer que les travaux respectent les règles d’urbanismes en vigueur.

Les déclarations de travaux sont indispensables pour les travaux couvrants 5 à 20 m² de la surface du plancher. Quant aux permis de construire, ils sont utiles pour les travaux couvrant plus de 20 min 2 s de surface de plancher.
Les permis de construire sont également nécessaires quand les travaux donnent sur la rue.

Quels sont les types d’agencements extérieurs possibles ?

Le locataire peut effectuer des travaux d’agencements extérieurs. Il peut aussi créer ou étendre son local commercial. Cependant, les deux types de travaux nécessitent d’effectuer des démarches légales. En effet, ces travaux requièrent également une déclaration de travaux et un permis de construire.

Les travaux extérieurs peuvent être réalisés sur les façades ou les vitrines. À noter que le locataire doit prévoir des travaux supplémentaires. En effet, un local commercial est un établissement recevant du public. Des normes strictes d’accessibilités régissent un local commercial. Ainsi, il doit être accessible pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite.

Vous devriez prévoir divers types d’aménagements à l’extérieur. Exemple, un parking ou l’installation de dispositifs d’éclairages.

Autres moyens pour le merchandising visuel ?

L’activité commerciale a pour but de générer des chiffres d’affaires. Ainsi, il est primordial de mettre en évidence le local pour attirer les clients. À l’intérieur du local, le locataire peut installer divers meubles de merchandising pour captiver les clients. Les meubles peuvent être choisis en fonction d’un thème spécifique. Par ailleurs, les meubles seront placés en fonction des parcours du client.

À l’extérieur, le locataire peut installer un pot géant opaque pour attirer la vue des clients. Le pot géant opaque est disponible ici. Les pots peuvent avoir des formes différentes, selon l’utilisation souhaitée. Outre, le fait de contenir les plantes, ils permettent de créer des scènes originales au sein d’un magasin. Le pot est un moyen efficace et économique de mettre en valeur l’extérieur d’un point de vente.