Investissement Pinel : un bon moyen pour alléger vos charges fiscales

La loi Pinel est un dispositif de défiscalisation en vigueur depuis le 1er septembre 2014. Elle a pour principal objectif de relancer la construction de logements neufs ou bien la modification de la destination d’un local en logement d’habitation en France. Elle concerne tout investissement immobilier réalisé jusqu’au 31 décembre 2021.

La loi Pinel est l’un des moyens légaux de défiscalisation les plus appréciés des contribuables français, car elle propose une réduction d’impôt sur le revenu à raison de 21 %, étalée sur 12 ans. Par rapport à son prédécesseur, la loi Duflot, elle offre des conditions plus avantageuses au particulier souhaitant se lancer dans l’investissement locatif. Cependant, elle connait aussi des limites.

Quelles sont les raisons qui vous pousseraient à investir en Pinel ?

L’intérêt d’un investissement en loi Pinel repose sur la valeur du capital que vous pouvez gagner via la réduction des charges fiscales durant la période de l’investissement. Avec ce dispositif, vous avez la chance de réduire jusqu’à 63 000 euros votre impôt sur le revenu. En termes de défiscalisation, ce gain est nettement plus intéressantpar rapport à celui proposé par les anciennes lois.

En effet, un logement loué pendant 6, 9 ou 12 ans peut vous rapporter un bénéfice d’abattement fiscal de 12, 18 ou 21 %. Outre le choix de la durée de l’investissement et la réduction d’impôt, la loi Pinel vous offre une grande facilité dans la recherche de locataire. Elle vous autorise à louer le bien à un ascendant ou un descendant, sans que la personne soit membre de votre foyer fiscal.

Quels pourraient être les facteurs de blocage dans un projet Pinel ?

Les cibles de la loi Pinel sont clairement définies. Pour rappel, vous ne pouvez pas construire en Pinel que si vous possédez une niche fiscale inférieure ou égale à 10 000 euros. Avant de vous investir, sachez aussi que les loyers, ainsi que les ressources du locataire sont plafonnés en fonction de la zone d’emplacement du bien.Certes, cette politique vous permet de trouver des locataires en un rien de temps, mais elle élargira la durée d’amortissement du projet, surtout si on considère les exigences du dispositif sur le bien acquis.

La limite de la loi Pinel se montre également au niveau des prix du neuf, notamment en Île-de-France. Ainsi, avant d’entamer le projet de construction ou d’acquisition, il est recommandé de bien se pencher sur la qualité et l’attractivité de la localisation du futur immeuble, pour garantir une véritable demande locative pérenne.

Qu’est-ce qu’il faut faire pour être défiscalisé dans un investissement Pinel ?

Pour bénéficier des avantages Pinel cités plus haut, vous devez respecter plusieurs conditions, en l’occurrence de celles qui sont liées au logement. Tout d’abord, le bien acheté doit être neuf et situé dans l’une des zones éligibles à la loi Pinel (zone A bis, A et B1). Ensuite, celui-ci doit être mis en location, non meublé et labellisé RT 2012 ou BBC 2005, au plus tard un an après sa date d’achèvement ou de son acquisition. Concernant les loyers, vous ne devez pas dépasser les plafonds fixés dans chaque zone éligible. Il en est de même pour les plafonds des ressources du locataire.

Enfin, et non des moindres, la somme investie en loi Pinel ne doit pas excéder 300 000 euros par an, soit à peu près la valeur de deux investissements sur un rythme annuel.