2019 sera-t-il l’année pour se lancer dans un emprunt immobilier ?

Les bons résultats de 2018 ont été fortement appréciés par les professionnels et acteurs dans le secteur de l’immobilier. Cette année est sur le point de s’achever et il est maintenant important de se projeter vers l’avenir et de faire des prévisions sur les futures tendances. Dans ces études, il est toujours important de se pencher sur les taux de crédits, d’autant plus que ces derniers sont restés bas ces dernières années. L’avenir du marché immobilier repose sur ce paramètre. Courtiers et emprunteurs doivent ainsi insister particulièrement sur le sujet. Est-ce qu’un prêt immobilier en 2019 sera-t-il toujours aussi intéressant ?

Des taux revus à la hausse pour 2019

Les professionnels, observateurs et analystes du secteur immobilier annoncent un avenir controversé pour l’année 2019, et l’étude est fondée sur l’évolution actuelle du marché. D’après les experts, le taux d’un crédit immobilier s’étalant sur 20 ans gagnera 0,5 point de plus pour l’année 2019, soit un total s’élevant à environ 2%. Après avoir marqué l’année 2018 par un pouvoir d’achat immobilier élevé et un nombre d’élevé de prêt accordé pour les Français, le secteur de l’immobilier sera contraint de subir cette prévision qui ne tourne vraiment pas à son avantage.

En effet, les banques reçoivent des sondages comme quoi 30% des particuliers seulement ont un projet d’accession au logement au cours des cinq prochaines années et seront le peu qui reste susceptible de contracter un emprunt immobilier. Le marché ne peut que s’en vouloir à lui-même puisque les prix de vente ont grimpé d’un cran durant 2018. Les primo-accédants ont raison de s’abstenir compte tenu de cette situation, d’autant plus qu’il y aura la difficulté à trouver les financements et la pression fiscale à gérer derrière. Ils feront nettement baisser le nombre de transactions effectuées dans les banques, cette catégorie socioprofessionnelle représentant près de 60% des emprunteurs immobiliers.

Logiquement, les établissements financiers augmenteront les taux pour combler leur déficit, les primo-accédants en seront de plus en plus découragés par ces conditions à remplir pour devenir propriétaires en 2019.

Un taux à la hausse, des prix à la baisse pour les logements

Comme les banques, le marché immobilier devra s’adapter rapidement à ce nombre de participations à la baisse de ses acteurs potentiels. Si les établissements financiers font augmenter les taux à l’emprunt immobilier, le secteur agira dans le sens contraire en appliquant des prix de vente plus bas. En fonction de leur situation, les particuliers se projetant de se lancer dans une acquisition par emprunt immobilier auront un sort différent. Ceux qui disposent d’un apport personnel convaincant dans leur dossier bénéficieront encore d’un taux réduit et de ce fait un financement suffisant pour profiter des prix à la baisse des biens pour 2019. Le contraire bloquera cependant les investisseurs dans leur transaction. Mais il faudra toujours attendre le niveau de hausse du taux prévu pour 2019 avant de tirer une quelconque conclusion. Certains spécialistes restent encore optimistes quant à un taux qui ne connaitra pas une variation aussi importante sur le prochain exercice. D’autres identifient une baisse à hauteur de 5 à 30 milliards d’euros de crédits immobiliers. Une situation à voir de près.